Accueil | Nouvelles | Haiti | La police a interrompu l’invasion de Tabarre

La police a interrompu l’invasion de Tabarre

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image

Le message cher à Moïse Jean Charles et ses alliés de la Force patriotique pour le respect de la Constitution (FOPARC) n’a pas été délivré comme prévu devant l’ambassade américaine. La Police s’est interposée, les manifestants se son déchainés en érigeant des barricades de pneus enflammés et par des jets de pierre.
 
Parti vers les 10 h, au Bel-Air, les partisans et alliés de la FOPARC ont vite rejoint le Carrefour de l’aviation, où ils avaient donné rendez-vous à d’autres groupes de manifestants. Ils ont dévalé en quelques heures les kilomètres qui les séparaient de l’ambassade américaine où ils devaient clôturer la marche par une déclaration appelant les autorités américaines à se désolidariser du Président Martelly.

Ils étaient quelques milliers. Visiblement ce n’était pas la foule énorme des dernières sorties de l’opposition. Sous forte escorte policière, au rythme de la musique animée des bandes de rara venues du Bel-air, de Cité soleil et autres, ils chantaient, dansaient et lançaient des slogans hostiles au pouvoir en place. Munis de pancarte réclamant aux USA son désengagement aux côtés de l’administration Martelly-Lamothe, ils se disaient déterminer à arriver devant les locaux de l’ambassade.

Au niveau de Carrefour Fleuriot, le ton allait vite changer, des voleurs à la tire allaient commencer leur escalade en piquant leurs téléphones à des passants, mais aussi  en dévalisant littéralement les marchands d’eau, liquide précieux pour ses assoiffés qui venaient de parcourir de nombreux kilomètres.

Aux aguets, les agents des unités d’intervention de la PNH paraissaient imperturbables et déterminés à respecter l’ordre de stopper la manifestation à cette intersection. Canon à eau, Gaz Lacrymogène. Toute la panoplie du policier anti-émeute était disponible pour cet effectif pléthorique.

Dans un élan de détermination les manifestants ont vite contourné le barrage policier et bifurquer par des voies détournées pour rejoindre l’ambassade. On dirait une invasion. Les policiers ont rapidement réagi pour les couper la route. A travers des sentiers boueux, ils couraient, ils chantaient «  si yo tire sou nou nap mete dife », et les barricades de pneus enflammés ont suivi. Jets de pierre et de bouteille en verre, la tension était à son comble.

Les policiers ont également fait usage de leurs armes à feu nous ont rapporté certains manifestants. Tabarre est vite devenu un champ de bataille, l’âcre odeur de Gaz lacrymogène rendait l’atmosphère irrespirable. Mélangé avec lourde fumée des pneus en flamme, ce fut encore pire. Ce brouillard artificiel troubla également la vue, et les passants, et manifestants qui voulaient laisser les lieux de tension, ont eu bien du mal à trouver leurs chemins. Au bilan plusieurs pare-brises de véhicules notamment de camions ont été cassé et une dizaine de manifestants interpellés.

Outre Moïse Jean Charles, perché dans une Pick-up de couleur blanche, il était difficile d’identifier les autres membres organisateurs de cette marche, notamment les gros bras Mouvement patriotique de l’opposition démocratique (MOPOD).

Course poursuite. Partie de cache-cache la manifestation s’est terminée dans la même confusion qu’elle a été lancée. La FOPARC était divisée dans les jours qui ont précédé le 29 novembre. Lavalas et ses bases, pour des intérêts différents ne sont pas arrivés à s’entendre sur l’objectif et le parcours de cette marche qui se voulait symbolique et déterminante.

 

LE/HPN



Audionow:
Etats Unis: 641.552.5200 T-Mobile/MetroPCS: 360.398.4333 Canada: 438.795.4395 514.900.6012 Bresil 021 40 42 11 31 France: 01.90.14.14.75 Republique Dominicaine 849.936.7140 Mexique 08.99.27.46.700
Studio: 718) 355-9853 / (718) 303-2551 / (509) 2813-9450 / (509) 2813-9452 / (509) 2813-9456 Adresse: 45, Rue Chavannes Port au Prince, Haiti
Email: radiocaraibesfm<at>yahoo.fr
Tél: (509)4300-4300 / 3701-4300
WhatsApp: (509) 3701-4300

-->
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
2.00