Accueil | Nouvelles | Haiti | Un concert pour célébrer la vie, une autre façon de commémorer le 12 janvier

Un concert pour célébrer la vie, une autre façon de commémorer le 12 janvier

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image

La commémoration du 12 janvier, date qui rappelle nos plus tristes souvenirs de peuple, ne s’est pas limitée cette année à la cérémonie officielle au Palais national. Un grand concert de musique classique s’est tenu au kiosque Occide Jeanty, au soir du jeudi 12 janvier à la mémoire des victimes de cette catastrophe.

 4 h 53. Le président Privert ayant à ses côtés les principaux chefs religieux et le ministre de la Communication a observé une minute de silence à la mémoire des victimes du plus violent tremblement de terre de notre histoire. « Recueillement pour nos chers disparus et devoir de mémoire pour ne pas oublier cette date funeste ». Après une profonde inspiration, le chef de l’État s’est adressé à notre génération qui, dit-il, n’avait rien connu de tel avant et à qui incombe l’impérieuse obligation de se préparer pour ne plus être prise au dépourvu. « Notre pays est vulnérable. Les risques de catastrophes naturelles sont très élevés. On n’a d’autre choix que de se préparer. Se préparer pour limiter le nombre de morts », a martelé le président Jocelerme Privert.

Après cette minute de recueillement, place à la musique. Les orchestres de deux prestigieuses universités américaines, Yale et Cornell, se sont produits aux côtés de l’orchestre philarmonique de l’École Sainte-Trinité ainsi que l’orchestre Les petits chanteurs au kiosque Occide Jeanty, au Champ de Mars. Tout agréable que puisse être la musique, la tristesse qu’a causée le séisme a été sans cesse évoquée pour « ne pas oublier cette date fatidique ». ‘’Latibonit’’, ‘’Allléluia’’ sont entre autres morceaux qui ont été interprétés au cours de cette soirée. « Ce concert, a dit Jocelerme Privert avant de partir, loin d’être un amusement, est organisé pour nous rappeler nos frères et sœurs disparus. » Sans prêter attention au public froid qui a assisté à ce concert, les chefs d’orchestre, dont le réputé père David César, ont su conduire avec maestria leurs musiciens, toujours bien scotchés à leur instrument pour exécuter les justes notes en suivant la partition. 

Le Monseigneur Zaché Duracin, de l’Eglise anglicane en Haïti, croit qu’il s’agit d’une nécessité de réfléchir sur cet évènement malheureux qui a provoqué l’émoi du monde entier en causant d’énormes dégâts et pertes en vie humaine. Pour lui, le pays est comme marqué au fer rouge. « Ces images resteront à jamais gravées dans notre mémoire. Mais on doit continuer à vivre », a exhorté le prélat. Dans son message d’unité et d’espoir, il a invité la population à s’unir, au moins pour reconstruire. 

 La mambo (prêtresse vaudou) Euvonie Georges Auguste a pointé du doigt l’état de délabrement de la capitale déjà meurtrie par le séisme mais qui, aujourd’hui, est asphyxiée. Selon elle, la capitale ressemble à un « champ de ruines après une guerre ». Déplorant que la commande de vitesse du train de la reconstruction ne soit jamais actionnée, elle appelle les gens à cultiver le « vivre-ensemble ». 

Sept ans après, « le 12 janvier » va avoir, à côté de nos affreux souvenirs, une autre place dans  notre vie de peuple. Cette date est désormais consacrée « Journée nationale de réflexion et de sensibilisation aux catastrophes naturelles » par arrêté pris en Conseil des ministres par le gouvernement en place. 

Ricardo Lambert source le nouvelliste


Audionow:
Etats Unis: 641.552.5200 T-Mobile/MetroPCS: 360.398.4333 Canada: 438.795.4395 514.900.6012 Bresil 021 40 42 11 31 France: 01.90.14.14.75 Republique Dominicaine 849.936.7140 Mexique 08.99.27.46.700
Studio: 718) 355-9853 / (718) 303-2551 / (509) 2813-9450 / (509) 2813-9452 / (509) 2813-9456 Adresse: 45, Rue Chavannes Port au Prince, Haiti
Email: radiocaraibesfm<at>yahoo.fr
Tél: (509)4300-4300 / 3701-4300
WhatsApp: (509) 3701-4300

-->
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
0