Accueil | Opinion | Aristide remis en selle par les conseillers de Martelly

Aristide remis en selle par les conseillers de Martelly

Taille de la police: Decrease font Enlarge font

Vingt-quatre heures après sa sortie remarquée dans les rues de la capitale après sa séance d'audition, Jean-Bertrand Aristide a une nouvelle fois occupé le-devant de la scène médiatique en donnant un point de presse  dans sa résidence à Tabarre. Avec humilité, l'ancien président a exprimé ses préoccupations sur les difficultés de la faim auxquelles sont confrontées les couches les plus défavorisées de la société. Avec assurance, le Représentant national de Fanmi Lavalas s'est positionné sur la scène en annonçant la possibilité pour son parti de remporter la majorité des sièges aux élections si celles-ci se déroulent en toute honnêteté et transparence. Dans une pointe subtile à l'endroit de Martelly, l'homme de Tabarre s'est fait le porte-parole de la diaspora qui rechigne sur les "taxes" prélevées sur les appels téléphoniques internationaux ainsi que sur les transferts d'argent. Ce premier test de l'ancien président dans la zone métropolitaine s'est révélé positif. Enfermé dans sa résidence depuis son retour d'exil en mars 2011, Jean-Bertrand Aristide n'avait jamais trouvé l'occasion de sonder sa popularité.
 
Pendant deux jours, le nom de l'ancien président a été le sujet de toutes les conversations. Ce retour de l'ancien prêtre des bidonvilles qui ne peut briguer un troisième mandat à la présidence de la République va-t-il permettre de jeter les bases d'un parti moderne ? Rentré dans la catégorie des partis charismatiques, Fanmi Lavalas était dépourvu de structures réelles au point que différentes personnalités avaient chacune une branche lorsque le Représentant national était forcé de prendre le chemin de l'exil. Le charisme de Jean-Bertrand Aristide a toujours été le dénominateur de toutes les décisions que le parti devait prendre. Le caractère démagogique de la plupart de ses slogans en lieu et place d'un programme de gouvernement sera-t-il maintenu ou corrigé ? Lors des élections de l'année 2000, Fanmi Lavalas capitalisait beaucoup plus sur le slogan « Vote tab pou 2001 ka bon », au lieu de faire la promotion de son programme « Investir dans l'humain ». Verra-t-on dans les mois à venir de véritables structures nationales, départementales, communales et locales élues pour une durée fixée par les statuts du parti au lieu de comités désignés selon la volonté du Représentant national ? Le second test de popularité de Jean-Bertrand  Aristide et de son parti sera aux élections, puisque les élections remportées par le parti étaient toujours émaillées de fraudes alors qu'il était au pouvoir.

En attendant l'organisation des prochaines élections, Michel Martelly doit faire dans les prochains jours le bilan de ses deux années passées au timon des affaires.  Lequel bilan intervient au moment où le courant Lavalas reprend du poil de la bête. Pourra-t-il réunir autant de sympathisants sans tambour ni rara comme a fait le leader charismatique ? ou va-t-il recomposer son entourage qui, selon toute vraisemblance, a remis Jean-Bertrand Aristide en selle ?

Lemoine Bonneau - Redacteur du Nouvelliste

Source: Le Nouvelliste



Audionow:
Etats Unis: 641.552.5200 T-Mobile/MetroPCS: 360.398.4333 Canada: 438.795.4395 514.900.6012 Bresil 021 40 42 11 31 France: 01.90.14.14.75 Republique Dominicaine 849.936.7140 Mexique 08.99.27.46.700
Studio: 718) 355-9853 / (718) 303-2551 / (509) 2813-9450 / (509) 2813-9452 / (509) 2813-9456 Adresse: 45, Rue Chavannes Port au Prince, Haiti
Email: radiocaraibesfm<at>yahoo.fr
Tél: (509)4300-4300 / 3701-4300
WhatsApp: (509) 3701-4300

-->
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
2.50