Accueil | Opinion | De l’utilité du Permis provisoire d’enseigner distribué par le MENFP

De l’utilité du Permis provisoire d’enseigner distribué par le MENFP

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image

A l’occasion de la Journée internationale des enseignants 2017, je veux ajouter succinctement ma voix à celles des enseignantes/enseignants et responsables qui ont répondu à cette pertinente question du Nouvelliste : A quoi sert le Permis provisoire d’enseigner distribué par le MENFP?  En effet, le 8 août 2014, le MENFP présentait au grand public douze mesures majeures pour améliorer la qualité de l’éducation et la  gouvernanee du système éducatif. La première des 12 mesures concernait le « Permis d’Enseigner » et se lit ainsi : L’accès en salle de classe, à compter de l’année 2014-2015, est conditionné par un permis d’enseigner, obligatoire, pour tout enseignant intervenant au niveau du préscolaire, du fondamental, du secondaire et du professionnel dans toutes les écoles de la République. A cet effet, un recensement des enseignants des secteurs public et non-public sera effectué entre le 8 et le 30 septembre prochain, et le MENFP octroiera un Permis provisoire d’enseigner (PPE) ;

Aujourd’hui, selon le MENFP, près de 70% des 150.000 enseignants haïtiens détiennent le Permis provisoire d’enseigner en attente de la mise en œuvre du plan de formation et/ou des tests pour la certification donnant accès au Permis d’Enseigner. Parmi les avantages du Permis d’enseigner, j’insisterai sur ces 4 points :

 1-Protéger et valoriser l’Enseignant en salle de classe ;

Il est dommage de voir aujourd’hui n’importe qui, sans titre, ni qualification aucune envahir nos salles de classe pour prétendre apprendre n’importe quelle matière à nos enfants.  Il est généralement admis que près de 80% de nos enseignants manquent les qualifications requises. A l’instar des ordres professionnels qui garantissent le niveau des compétences et certains comportements attendus de ceux qui sont aptes ou non à exercer un métier, le Permis d’enseigner protège son détenteur et les parents d’élèves. Le Permis reconnait les qualifications initiales de l’enseignant et celles acquises durant l’exercice de la profession. Il le distingue aux yeux de ses pairs et de la société ;

 2- faciliter la mise en place d’une grille de salaire et autres avantages

Il ne fait aucun doute que les bas salaires pratiqués tant au niveau du secteur public qu'au niveau du secteur privé constituent un handicap à la motivation des enseignants du secteur. Toutefois, en dehors des mécanismes visant le relèvement des salaires en fonction du coût de la vie, il n’existe aujourd’hui aucun outil permettant de rémunérer les enseignants selon leur qualification et leur performance.  En 2015, le MENFP a élaboré un projet de grille salariale avec le support technique de l’Office de management et des ressources humaines (OMRH) tenant compte non seulement du nouveau système de classification des emplois et de l’évaluation des emplois mais aussi de la capacité de l’Etat à payer pour le secteur public. Quant aux enseignants du privé, ceci ouvre en plus la possibilité d’avoir accès comme ceux du public à des subventions et prix préférentiels négociés par le Gouvernement (Carte Avantage-Enseignant).

 3- Protéger le système éducatif des pressions externes ;

Le pilotage du système éducatif repose sur la disponibilité d’une base de donnée fiable informant sur le nombre, les profils et les besoins de formation du personnel enseignant.  Aujourd’hui, l’intégrité des processus de recrutement, de promotion et de tout le parcours professionnel des enseignants du secteur public est fortement compromise par les influences politiques externes, faute de pouvoir planifier les effectifs et compétences nécessaires. Ce déficit de gouvernance se traduit par des milliers d’enseignants en salle de façon irrégulière sans lettre de nomination et d’un autre coté, d’autres qui ne sont pas en salle de classe et qui perçoivent des chèques zombis. Le Permis d’enseigner permet de constituer un registre national des maitres et de guider une politique de gestion et de développement des ressources humaines du secteur en fonction des véritables besoins.

 4- Promouvoir la réussite scolaire 

Le lien entre le niveau de qualification des enseignants et l’apprentissage des élèves en salle de classe n’est plus à démontrer, même si ce n’est pas le seul facteur de réussite scolaire. Le Permis d’enseigner repose sur un  référentiel de compétence en points présentés dans le schéma suivant qui oblige les pouvoirs publics et l’enseignant à s’engager sur un dispositif de formation continue et de certification permettant de passer du Permis provisoire d’enseigner au Permis d’enseigner.

 Tout un défi pour un pays qui ne pourra pas non plus se passer du dispositif de Validation des acquis de l’expérience (VAE) pour ceux qui ne détiendraient aucun diplôme reconnu. Il faudra également mobiliser beaucoup de partenaires, notamment les institutions d’enseignement supérieur en vue de la mise en oeuvre du plan de formation. En conclusion, le Permis d’enseigner constitue un nouveau test clé pour le MENFP quant à sa capacité à conduire les réformes nécessaires pour lutter contre l’échec scolaire.

source le nouvelliste



Audionow:
Etats Unis: 641.552.5200 T-Mobile/MetroPCS: 360.398.4333 Canada: 438.795.4395 514.900.6012 Bresil 021 40 42 11 31 France: 01.90.14.14.75 Republique Dominicaine 849.936.7140 Mexique 08.99.27.46.700
Studio: 718) 355-9853 / (718) 303-2551 / (509) 2813-9450 / (509) 2813-9452 / (509) 2813-9456 Adresse: 45, Rue Chavannes Port au Prince, Haiti
Email: radiocaraibesfm<at>yahoo.fr
Tél: (509)4300-4300 / 3701-4300
WhatsApp: (509) 3701-4300

-->
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
0