Accueil | Opinion | La lutte contre la corruption cherche des soldats

La lutte contre la corruption cherche des soldats

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image Frantz Duval Rédacteur en chef du Nouvelliste

Ce 5 décembre ne sera pas un jour comme un autre. Non pas que le pays va se remettre à commémorer la découverte d’Haïti par Christophe Colomb comme on le faisait avant l’adoption de la Constitution de 1987, mais parce que le pays va découvrir qui supporte la lutte contre la corruption. C’est un 1492 d’un autre genre qui s’annonce pour ce mardi.

Le Collectif du 4 décembre et ses alliés ont donné rendez-vous sur le béton pour une manifestation contre la corruption. On s’attend sinon à la grande foule, mais tout au moins à la présence de personnalités dans les rues ce mardi pour défiler avec la marche annoncée. 

Ceux qui se sont déjà prononcés contre le fléau et ceux qui ne peuvent pas se permettre le luxe de laisser croire qu’ils soutiennent, même par omission ou inadvertance, la corruption, devraient être au premier rang de cette grande première.

L’une des supportrices de la marche, Ginette Chérubin, a expliqué sur Magik 9 lundi que la publication du rapport sénatorial sur la gestion des fonds PetroCaribe n’est pas l’élément déclencheur de la manif de ce mardi. « On planifiait déjà une manifestation anti-corruption en juin dernier. Celle-ci a été reportée à cause de quelques inconvénients », a-t-elle rappelé.

Est-ce à dire que même les indexés par le rapport, mais qui ne sont pas encore jugés coupables, vont ou peuvent prendre part à la marche ? Verra-t-on en grand nombre des avocats, des juges, des comptables, des hommes d’affaires, des banquiers, des députés, des sénateurs, des responsables politiques, en poste ou en attente que la roue tourne, dans les rues de la capitale mardi ? 

L’exécutif va-t-il appuyer la marche de mardi ?

Dans une intervention à la radio, le sénateur Jean Renel Sénatus s’est dit  «étonné» et « choqué» à cause du comportement du chef de l’État qui, à longueur de journée, prétend combattre la corruption. Le sénateur reproche au président Jovenel Moïse de dire une autre chose et de faire une autre.

Bien qu’il appartienne à un corps, au Grand corps, chargé de voter les allocations et de contrôler l’exécution des dépenses publiques, Jean Renel Sénatus ne compte que sur les initiatives de la société civile, telle que la marche annoncée pour ce mardi, pour arriver à bout de la corruption.

Haïti va-t-il se réveiller mardi, Haïti va-t-il marcher avec ses pieds ou ses pensées et faire de la lutte contre la corruption une vraie cause, une cause nationale ?

Edito du Nouvelliste



Audionow:
Etats Unis: 641.552.5200 T-Mobile/MetroPCS: 360.398.4333 Canada: 438.795.4395 514.900.6012 Bresil 021 40 42 11 31 France: 01.90.14.14.75 Republique Dominicaine 849.936.7140 Mexique 08.99.27.46.700
Studio: 718) 355-9853 / (718) 303-2551 / (509) 2813-9450 / (509) 2813-9452 / (509) 2813-9456 Adresse: 45, Rue Chavannes Port au Prince, Haiti
Email: radiocaraibesfm<at>yahoo.fr
Tél: (509)4300-4300 / 3701-4300
WhatsApp: (509) 3701-4300

-->
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
1.00