Accueil | Opinion | " LA RÉPUBLIQUE EST MORTE! OÙ EST CE "JÉSUS" QUI LA RESSUSCITERA COMME LAZARE? "

" LA RÉPUBLIQUE EST MORTE! OÙ EST CE "JÉSUS" QUI LA RESSUSCITERA COMME LAZARE? "

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image

« Là-bas est l’île aux tombes, la taciturne; là-bas aussi sont les tombes de ma jeunesse. Je veux y apporter, toujours vertes, une couronne de vie… »

              (Frederick Nietzsche, Le chant des tombes, Ainsi parlait Zarathoustra)

Que faudrait-il encore écrire ou dire pour espérer arracher quelques larmes de conscience aux vendeurs du droit d’aînesse de la République d’Haïti. Ces conspirateurs et ces traîtres, attirés par le pouvoir et l’argent, flirtent depuis des décennies avec les néocolons qui ont fait le serment sur la tombe de leurs ancêtres négriers de conduire la Nation  haïtienne à sa ruine et à sa perte. « Haiti must disappear », répètent avec hargne et abjection les forbans cachés dans le ventre de l’Organisation des Nations unies (ONU). Haïti doit disparaître pour permettre à la France impériale d’enlever des pages de l’histoire universelle l’outrage de la prodigieuse défaite qu’elle subit sur la terre de Saint-Domingue.  Une bande d’esclaves incultes, certes, mais géniaux,  kidnappés de l’Afrique,  osèrent apprendre aux empires kleptocrates européens, maîtres absolus des vols et des rapines en Amérique, le sens équitable et plénier du concept de « Liberté ».  

Heureusement pour le monde progressiste, les farouches défenseurs du  napoléonisme, quoiqu’ils eussent fait, ne furent pas parvenus à enlever les dates du 18 novembre 1803 et du 1er janvier 1804 de la mémoire blessée  et orgueilleuse d’un passé colonial  qui porte les brassards de la « hautainerie », du dédain, de l’arrogance, de la condescendance… Le chêne apprit à ses dépens cette nuit-là qu’il ne pouvait éternellement continuer à « braver l’effort de la tempête ». Cependant, se souvint-il encore que, pour son malheur,  le roseau plia, et ne rompit pas. Aucun document officiel ne relate les tribulations, les souffrances de Paris ni ne souligne le comble de ses désespoirs à Vertières ou à la Crête-à-Pierrot. Ses cris de détresse mêlés aux grondements des tonnerres de la victoire monumentale d’Henri Christophe et de ses frères d’armes ont traversé l’océan Atlantique. Bonaparte – comme il le fit sans remords et sans souci dans ses campagnes d’Italie, d’Égypte, d’Allemagne, de Russie – sacrifia 40 000 français sur le sol de Saint-Domingue. Il sera donc difficile pour la République d’Haïti d’échapper à la haine des « blancs » négrophobes. 

La Minustah de Sandra  Honoré est en train d’obstruer les canaux par lesquels filtrent encore un espoir mince qui aurait permis aux citoyens patriotes de tracer un plan de sauvetage dans l’espoir de ressusciter Haïti de la mort. Car ce pays n’agonise pas. Il n’est plus à l’article de la mort. Il est décédé depuis le 12 janvier 2010. Et même avant. S’il faudrait considérer le 29 février 2004, date de la nouvelle invasion des États-Unis et du Canada en Haïti, pour kidnapper le président Jean-Bertrand Aristide et le déporter en Afrique du Sud.  Les riverains ne s’en sont pas rendu compte. Les politiciens débraillés qui ont pris part aux élections frauduleuses des mois d’août et d’octobre 2015 se disputent une dépouille mortelle, déjà tombée en putréfaction. Les  tigres charognards sont donc des profanateurs de cadavre. 

Selon la grande compositrice, chanteuse et  actrice haïtienne engagée, Toto Bissainthe, décédée le 4 juin 1994 à Pétion-ville, Haïti était entrée dans un état de trépassement depuis le 22 septembre 1957, jour officiel de la consécration du macoutisme dans la Caraïbe. Elle portait le deuil et le chagrin de ses enfants égorgés et éparpillés aux quatre coins de l’univers.

« Dèy-wo m-rele dèy-wo

Je crie deuil pour Haïti

Ayiti woy

Ayiti cheri men pitit wou mouri

Haïti chérie, tes enfants  meurent

Men lòt yo toutouni

D’autres sont démunis

Sa k’ap pote dèy la woy

Qui portent leur deuil

Ayiti Toma men san wou lan diaspora 

Haïti Thomas ton sang coule dans la diaspora

Men peyi an ap kaba

Le pays se meurt

Sa k’ap pote dèy la woy

Qui vont porter son deuil »(1)

En cette triste époque où la déchéance sociale  et la trahison politique trônent à leur plus haut sommet, nous nous courbons devant les esprits errants des martyrs et héros de la guerre de l’indépendance qui ont légué à leurs descendants une « patrie » inachevée,  forgée dans le sang, mais qui représente, malgré tout, une grande fierté nationale. Ce peuple résilient, courageux, combatif finira certainement par triompher des forces occultes qui l’ensorcèlent. Il éliminera les tares morales, intellectuelles et physiques, sources de toutes les déconvenues qui l’assaillent et  reprendra son périple vers son « Canaan ». Haïti s’éveillera. Comme le Cuba castriste. La Chine maoïste. La Russie léniniste. Le Burkina Faso sankaraiste.  Et une fois de plus,  il étonnera le monde.  Comme dit la fable : « Attendons la fin… » 

Hérode, roi de Judée, demanda à son conseiller : « Qui est ce Messie qu’ils attendent? » Le subalterne répondit de manière désinvolte : « Quelqu’un qui ne viendra jamais! » Cependant, comme le révèlent les Écritures, l’homme se trompa. Car le Messie vint. Parce que Jérusalem détruisait ses « Prophètes ». 

Chez les croyants chrétiens, la trahison de Juda Iscariote à Gethsémani ne s’inscrit-elle pas dans la logique des étapes symboliques qui jouxtèrent l’accomplissement de la « prophétie » autour des mystères de la « naissance » et de la « résurrection » de Jésus  pour la prétendue cause rédemptrice de l’Humanité? L’acte de mourir, quand il se révèle utile et impératif, quand il devient le commencement solennel d’une naissance nouvelle,  serait-il indissociable des désirs nirvaniques de l’être pour reconquérir la totalité de sa « Liberté »? Comme travailler, manger, boire, dormir, s’instruire, voyager, jouer, enfanter, s’habiller, aller, revenir, danser, prier, ne pas prier… Enfin, tous ces mots sensés qui  charrient à eux seuls les rêves portés par les souffre-douleur du banditisme politico-néolibéraliste, ce fléau d’Attila qui bouleverse la terre. 

Michel Eyquem de Montaigne, philosophe de la période Renaissance, remarque : « La préméditation de la mort est préméditation de la liberté. Qui a appris à mourir, a désappris à servir. » Toutes les femmes et les hommes qui ont provoqué la levée du vent de Joris Ivens (2) dans le désert de la bêtise sociale, de l’immoralité politique et de la déliquescence économique avaient appris à mourir. Tous, sans exception : Jean-Jacques Dessalines, Sanite Bélair, Catherine Folon, Alexandre Pétion, Hector Riobé, Omar Al Mokhtar, Ernesto Guevara, Mahatma Gandhi, Malcom X, Martin Luther King, Camillo Cienfuegos, Patrice Lumumba, Thomas Sankara, Abraham Lincoln… 

Dans Parole d’homme, Roger Garaudy parle d’une époque de sa vie où il n’avait pas encore appris à mourir. En d’autres termes, l’écrivain a avoué qu’il cherchait encore le chemin de l’engagement moral que confère la militance politique bâtie solidement sur le roc de la conviction idéologique. « Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté? », disait Jésus à Pierre qui n’arriva pas à compléter l’exploit mystique de la marche sur la mer  pour aller à sa rencontre. L’apôtre paniqua. Et il s’enfonça dans les eaux profondes. Les sociétés paralysées par la peur de mourir sombrent dans l’humiliation, pataugent dans l’immobilisme et la léthargie. Les images séquentielles de Pierre marchant vers Jésus pourraient aussi servir à dialectiser la situation du citoyen militant qui avance à la rencontre des idéaux démocratiques, et qui, finalement, se dégonfle. Les flambeaux de la résistance à l’oppression doivent toujours rester allumés pour éclairer la voie du vaste projet de « Révolution » mondiale qui se réalisera au profit des masses. Et même dans les nuits venteuses des massacres comme ceux des Saints Innocents, de la Saint-Barthélemy, de Nankin…

Pour ceux qui connaissent la tragédie de la « mutinerie du  Cuirassé Potemkine » de 1905, adaptée au cinéma par Sergei Eisenstein,  nous rappelons que c’est l’assassinat du chef Vakoulintchouk et le massacre spectaculaire des civils sur les marches de l’escalier d’Odessa qui ont pavé la voie durant 12 années, selon certains historiens communistes dont Léon Moussinac, à la révolution d’octobre de 1917. Une histoire de viande pourrie rongée par des vers que l’on donna à manger aux marins du Cuirassé Potemkine déclencha une révolte populaire et changea le cours de l’’histoire du peuple russe.

Maxo Gaspard, le militant politique assassiné le jeudi 5 novembre 2015 à Delmas, aurait dû être le Vakoulintchouk qui eût fait sauter le couvercle de la marmite de la « déconfiture électorale » des 9 août et 25 octobre 2015. Comme Lencie Mirville devrait être la dernière victime innocente du climat d’insécurité publique alimenté par le clan des charognards. 

Le gouvernement  des Tèt Kale se débat dans une forêt d’absurdités où croissent l’irrationalité, la tromperie, le mensonge, la perversion, l’anarchie, l’incompétence, l’immoralité… Bref, la Diablerie ! Les équidés, grâce à l’appui des États qui ont accouché du Core Group, sapent les institutions déjà branlantes de la République d’Haïti. Ils ont vidé le trésor national jusqu’au dernier centime. Les petits fonctionnaires arrêtent de travailler. Certains, à bout de souffle, manifestent durant la saison des fêtes dans les rues insalubres pour réclamer des arriérés de salaire totalisant de 3 à 6 mois. Des petits fonctionnaires et des travailleurs ont un foyer qu’ils doivent nourrir. La disette se transforme lentement, mais sûrement en une crise de famine généralisée. La somalisation des conditions de vie des masses populaires devient une évidence aux yeux des observateurs internationaux. Mais les autorités illégitimes et de facto s’en lavent les mains, comme Ponce Pilate. Dans la mesure où ils vivent eux-mêmes royalement : voitures luxueuses, chauffeurs, bijoux pour madame et maîtresses, châteaux, majordomes, piscine… La bourgeoisie compradore gagne sur tous les terrains de l’économie et de la finance. Ses comptes bancaires sont alimentés en devises étrangères fortes : euros ou dollars américains. La monnaie nationale, elle-même, a touché le fond du vase. Son processus de  dévaluation atteint une vitesse de croisière. Lorsque 100 gourdes s’échangeront contre 1 dollar us, la Minustah de Sandra Honoré pliera bagages. Mission accomplie. Pays en faillite. Vente aux enchères. Adjugé, vendu au milliardaire Bill Gates, le co-fondateur de Microsoft.

Un mal pour un bien

Depuis les élections  honteuses de 2015,  Haïti s’enfonce tous les jours dans le trou de l’ingouvernabilité. L’équipe de l’État  Tèt Kale se comporte comme des chevaux emballés qui  renversent et écrasent tout sur leur passage. Le carnavalier drogué et ses tambourineurs soûlards s’entêtent. Ils veulent  coûte que coûte transformer un vulgaire planteur de banane en une marionnette de palais et un fantoche des ambassades installées à Port-au-Prince.   

Le 7 février 2016,  y aura-t-il une investiture présidentielle en Haïti? Les partis politiques qui se réclament de l’opposition démocratique, comme ils l’ont promis au peuple haïtien, ont une « nécessité historique » de renverser l’actuel gouvernement avant la fin de son mandat. Sinon, ce sera une grande victoire pour les « tigres » qui gargotent dans les auges de la présidence. N’ont-ils pas toujours clamé haut et fort que la communauté internationale leur assurait toute la protection nécessaire afin qu’’ils se rendent jusqu’au bout de leurs œuvres de méchanceté, de prévarication, de sabotage et de destruction ? L’éviction du pouvoir de cette bande de  «prédateurs » aurait dû entraîner également la désoccupation du territoire ! 

La société haïtienne  guette jusqu’à présent l’émergence d’un cerveau intelligent, génial qui viendra – au sens où le rapporte Herbert Marcuse (3) – le « forcer à être Libre ».  L’essayiste s’aligne sur les approches théoriques rousseauistes pour expliquer : 

« La contrainte est rendue nécessaire par les conditions immorales et répressives dans lesquelles vivent les hommes. Son idée fondamentale est la suivante : comment des esclaves, qui ne savent même pas qu’ils sont esclaves, peuvent=ils se libérer? Comment peuvent-ils obtenir spontanément leur émancipation? Il faut les éduquer et les guider, leur apprendre à être libres et ce d’autant plus que la société dans laquelle ils vivent a recours à des moyens plus variés pour modeler et préformer leur conscience et pour les immuniser contre tout choix possible. (4) »

Dans le langage de la philosophie révolutionnaire, cette forme de contrainte que Rousseau a justifiée dans le cadre de la réflexivité portant sur les principes fondamentaux des libertés politiques et des droits collectifs et individuels s’inscrit dans la logique de ce qu’Hébert Marcuse qualifie de « dictature éducatrice ». On ne peut pas compter sur des citoyens dont certains – très orgueilleux et inconscients –  paraissent mal-éduquées, mal-instruits, et d’autres – la grande majorité –  complètement illettrés, analphabètes et ignorants, pour changer les vieilles structures sociétales héritées du mouvement anti-esclavagiste de la fin du 17ème et du commencement du 18ème siècle à Saint-Domingue, qui permit de fonder de peine et de misère un État embryonnaire, présentant tous les symptômes fatals de la malformation congénitale. Aurions-nous besoin de remonter à chaque instant, comme le font les sociologues et les politologues, – et ce qui est bien pour perpétuer la mémoire historique –  le lit des périples suivis par la République d’Haïti depuis sa fondation héroïque et épopéenne pour faire admettre l’idée irréfutable que cette vielle bourgade de 27 750 kilomètres carrés  avec ses frontières poreuses a toujours cheminé dans la direction opposée à son bien-être ? Les résultats de cette errance néfaste crèvent les yeux. En utilisant un raisonnement de causalité pour déterminer les effets destructeurs à la base de la situation accélérée de débâcle sociale et de détérioration économique que nous observons dans les rues de Port-au-Prince, nous pouvons postuler librement qu’il existe des menaces de disparition, presque irréversibles, qui planent sur l’existence des autochtones. Les cratères de la récession permanente formés par le phénomène de la corruption institutionnalisée  et de la coercition ruineuse finiront par harper les dernières ressources intellectuelles et matérielles encore disponibles. Les individus qui n’auront pas la possibilité  de grimper à bord d’un canot de sauvetage, comme Jack et Rose dans le film Titanic de James Cameron,  couleront dans les eaux hivernales de l’Atlantique. 

Le galion que les tigres bandits ont piraté indécemment avec l’aide de L’Organisation des Nations unies (ONU) et de l’Organisation des États américains (OEA) et qu’ils pilotent depuis le 14 mai 2011 sans bagage intellectuel suffisant, sans formation politique adéquate, sans expérience professionnelle, sans vision socio-économique, a heurté un iceberg de débandade et de banqueroute. L’engin menace de se désintégrer avec tous les passagers des étages inférieurs qui ignorent jusqu’à présent la fin tragique qui les attend. S’il existe véritablement un rapport étroit entre la  morale et la politique, faut-il abandonner ces citoyens trompés, opprimés, oppressés, exploités à leur triste sort, ou adopter,  au contraire, les grands moyens de les sauver, même contre leur gré, d’une catastrophe démocidaire? La réflexion sur la « Liberté contraignante » devrait occuper un grand espace dans les fora sur l’avenir socio-économique et politique de la Nation haïtienne.  Forcer les pauvres du monde à se « Libérer » de la dictature oligarchique devient une « nécessité absolue ». 

Platon insiste : « Seuls le savoir et l’honnêteté doivent gouverner. » En ce sens, l’un et l’autre se complètent. Nous parlions à la doyenne d’une Faculté de gestion et d’administration dans une université québécoise qui a organisé à Port-au-Prince plusieurs conférences sur l’évolution du rôle de la haute fonction publique. Elle nous a avoué que le retard considérable que connaît Haïti par rapport aux autres pays de la région viendrait du fait que les rares citoyens qui sont allés à l’université souffrent d’un déficit de méthodologie qui les empêche de faire des choix de développement appropriés et viables en vue d’aider leur pays à avancer. Ils se montrent étonnamment incapables de se servir de la théorie pour compléter le trajet de systématisation de l’objet par la phase finale qui est  sa concrétisation ou sa  matérialisation.

Ce qu’il faut retenir

Les puissances impérialistes ne se mêlent pas des affaires internes de l’État haïtien dans le but de l’aider à retrouver une voie sûre de développement ? Elles veulent plutôt le dérouter de tous les objectifs sociopolitiques  salutaires! Les portes de cette prétendue démocratie vers lesquelles elles le poussent depuis l’occupation regrettable de juillet 1915 s’ouvrent sur le vide de la catastrophe économique. Il faut que la République d’Haïti arrête cette marche mortelle qu’elle entreprend vers le Nord. Le soleil levant se trouve à l’Est. L’Ouest symbolise la noirceur, la peur, la désolation, la paupérisation, l’appauvrissement, le choléra, le sida, l’exode interne et externe… Il apporte avec le coucher du soleil  la nuit des loups-garous, pour rejoindre l’esprit du dernier texte de Fanfan La Tulipe publié dans Haïti Liberté, – deuxième semaine du mois de décembre 2015 – l’un des rares hebdomadaires d’idéologie progressiste qui desservent véritablement la cause politique des masses populaires mondiales. Une vision guévariste de l’engagement révolutionnaire. 

Si les sociétés mondiales étaient dirigées par des politiques patriotes, issus des opérations électorales qui portaient le sceau  de l’honnêteté, pensez-vous qu’il y aurait tous ces problèmes d’exode, de chômage, de pauvreté, de crimes… sur la terre? Pourquoi les États du Nord, « champions de la démocratie » construisent-ils des prisons à sécurité maximale à coup de millions dollars, au lieu d’investir dans des entreprises sociales et économiques rentables, susceptibles d’améliorer l’indice du développement humain (IDH) au niveau planétaire ? Les dirigeants des pays de l’Occident savent que les inégalités sociales génèrent des frustrations violentes, des conflits explosifs difficiles à contenir et à réguler. Les ghettos de Harlem, de Bronx à New York, les cités à Paris, les quartiers de Saint-Michel, de Montréal-Nord, de Rivière-des-Prairies à Montréal, autant de bombes à retardement qui risquent d’embraser le climat de sécurité publique déjà fragile. 

Le chavisme, comme nous l’entendons tous les jours dans les nouvelles, agonise. Il n’a pas su divorcer avec les principes politiques démagogiques hérités de l’occidentalisme hypocrite. Il s’est laissé pris au piège des scrutins mitigés, inventés et concoctés par les États bourgeois pour la perpétuation de l’impérialisme. Au nom de quelle logique, et sur quelle base  faut-il remplacer à intervalles réguliers des organes qui fonctionnent de manière tout à fait efficace dans le corps sociétal ? Dans l’un des films de Louis de Funès et d’Yves Montand, nous avons entendu cette phrase qui incite à la réflexion : « Les pauvres doivent devenir plus pauvres, et les riches doivent devenir plus riches. » Le néolibéralisme avec son système électoral coquin s’illustre merveilleusement à travers cette citation cocasse. Les élections, de la façon dont elles sont conçues et organisées, ne contribuent pas à promouvoir la démocratie dans les pays truffés d’analphabètes comme Haïti. Elles demeurent une source intarissable de division, de corruption, de coquinerie, de fraude, de malhonnêteté… Quand elles ne permettent tout simplement pas à la médiocrité d’être investie en lieu et place de l’intelligence. À bas Jésus ! Vive Barabbas ! À bas Anténor Firmin ! Vive Nord Alexis ! À bas Mirlande Manigat ! Vive le « strip-teaseur » !

Depuis le 1er janvier 1804, les Haïtiens errent à l’aveuglette dans la nébulosité de l’incapabilité. Seraient-ils sortis de l’enfer du féodalisme esclavagiste pour se voir finalement engloutis sous les flots de la misère et de l’ingouvernabilité ?  Dessalines, Pétion, Christophe les ont extirpés des flammes brûlantes du colonialisme. Mais qui leur permettra d’échapper à l’autodestruction? Qui les éloignera des pentes escarpées qui ralentissent considérablement leur déplacement vers les lieux édéniques où est supposée les attendre leur petite tranche de bonheur ?

Ce « Messie » de la « Révolution » naîtra-t-il un jour sur la terre de la République d’Haïti?

Robert Lodimus

_____________________

Références

1.- Toto Bissainthe, Chanson Dèy wo

2.- Joris Ivens, cinéaste, Une histoire de vent, film documentaire, 1988.

3.- Herbert Marcuse, Culture et Société, Les Éditions de Minuit, 1970.

4.- Marcuse, Culture et Société, Les Éditions de Minuit, 1970.




Audionow:
Etats Unis: 641.552.5200 T-Mobile/MetroPCS: 360.398.4333 Canada: 438.795.4395 514.900.6012 Bresil 021 40 42 11 31 France: 01.90.14.14.75 Republique Dominicaine 849.936.7140 Mexique 08.99.27.46.700
Studio: 718) 355-9853 / (718) 303-2551 / (509) 2813-9450 / (509) 2813-9452 / (509) 2813-9456 Adresse: 45, Rue Chavannes Port au Prince, Haiti
Email: radiocaraibesfm<at>yahoo.fr
Tél: (509)4300-4300 / 3701-4300
WhatsApp: (509) 3701-4300

-->
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
4.00