Accueil | Opinion | Un autre 7 février

Un autre 7 février

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image Frantz Duval Redacteur en chef du Nouvelliste

7 février 1986-7 février 2018, cela fait 32 ans depuis que le règne de la dictature a pris fin en Haïti. La période semble si loin qu’aujourd’hui il n’y a plus personne pour en parler ni pour faire référence aux vicissitudes du temps des Duvalier, aux leçons apprises depuis, aux errements de leurs successeurs.

En 2018, nous contemplons un avenir, inquiétant pour les uns, radieux pour d’autres, comme l’œuf sorti tout chaud du ventre de la poule.

Et pourtant.

La dictature, depuis 1946, avec le renversement du régime du président Elie Lescot, a toujours été à nos portes. Des fois, elle a reculé. Des fois, elle a triomphé.

En 1986, elle est partie. Mais, bien des fois, elle s'est réinstallée, entre Duvalier et Moïse. Ici comme ailleurs, la tentation autoritaire est sous-jacente de l’exercice du pouvoir à quel que soit l’échelon auquel il s’exerce.

On veut être chef. Chef absolu. Ne pas rendre des comptes. N’être redevable à personne. Dans les institutions. Dans les entreprises. Dans les familles. Dans les couples. Le dialogue et les règles du jeu ne s’exercent que par le plus fort, au bénéfice du plus fort.

Pour toutes ces raisons, la dictature peut se réinstaller en Haïti à tout moment. Elle prendra une forme autre qu’hier. Aura un autre visage. Elle bénéficiera de nouveaux supports. Mais encore une fois et comme à chaque fois, elle trouvera des penseurs, des politiciens, des hommes d’affaires, des commerçants, des jeunes, des gens d'armes, des hommes et des femmes à la poursuite d'idéaux connus d’eux seuls qui feront tout pour lui donner lit. Ils chercheront à prendre et à garder tous les pouvoirs.

Ce 7 février nous rappelle que des institutions faibles ne peuvent pas soutenir un pouvoir fort. Qu’aucun pouvoir ne sera plus fort que les institutions qui le soutiennent. Il nous rappelle aussi que les châteaux de cartes s’effondrent en un rien de temps dans ce pays même quand la révolte met des décennies à prendre forme.

Ce 7 février, jour qui aurait dû marquer une renaissance, un renouveau, est aussi l’anniversaire de la naissance de toutes nos incapacités. Il nous rappelle que la prise du pouvoir et l’exercice de responsabilités ne servent à rien s’ils ne se mettent pas au service de causes, de projets, de visions, d’objectifs qui le dépassent.

Que de présidences inutiles, de coups d’Etat sanglants, de règnes funestes n’avons-nous pas étrennés depuis trente-deux ans !

Editorial du Nouvelliste



Audionow:
Etats Unis: 641.552.5200 T-Mobile/MetroPCS: 360.398.4333 Canada: 438.795.4395 514.900.6012 Bresil 021 40 42 11 31 France: 01.90.14.14.75 Republique Dominicaine 849.936.7140 Mexique 08.99.27.46.700
Studio: 718) 355-9853 / (718) 303-2551 / (509) 2813-9450 / (509) 2813-9452 / (509) 2813-9456 Adresse: 45, Rue Chavannes Port au Prince, Haiti
Email: radiocaraibesfm<at>yahoo.fr
Tél: (509)4300-4300 / 3701-4300
WhatsApp: (509) 3701-4300

-->
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
3.00