Accueil | Tele Caraibes 22 | Forum | Que faut-il faire pour développer le cinéma haïtien ?

Que faut-il faire pour développer le cinéma haïtien ?

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image Arnold Antonin

L’Haïti d’antan revient depuis quelque temps sur le plateau de Forum, laissant voir, non sans nostalgie, ce pays avec sa belle capitale, sa culture rayonnante, ses belles maisons gingerbred, sa belle cité de l’exposition... Après le tourisme, le patrimoine, les vacances, Forum a fait place au cinéma haïtien, mais surtout à ses nombreuses salles, aujourd’hui fermées. 

Ce samedi 22 juillet, le cinéma était à l’honneur à Forum avec le cinéaste Arnold Antonin, l’écrivain et cinéphile Marc Exavier, le vidéaste Gaël Jean Baptiste et la cinéaste Keziah Jean. Presque d’une seule voix, les panélistes se plaignent de la situation du cinéma dans le pays : la quasi absence de salles de cinéma, l’inexistence de fonds publics d’aide à la création cinématographique, d’école de cinéma, de cinémathèque, de centre de conservation des archives cinématographiques. Autant de thèmes qui donnent à voir la situation alarmante du cinéma dans le pays. 

En effet, depuis plus de dix ans, les anciennes salles de cinéma commençaient à fermer leurs portes : Capitole, Impérial, Paramount avant qu’elles ne s’effondrent ou ne soient endommagées lors du séisme de janvier 2010. Il reste à peine trois salles de cinéma dans tout le pays : Pétion-Ville, Cap-Haïtien et Saint-Marc. Il n’y a pas d’école de cinéma ! La seule tentative qu’il y ait eu  a été le Ciné Institut de Jacmel, qui, depuis quelque temps, s’est transformé en un centre de formation audio. Il n’y pas une politique publique d’aide au cinéma. Le mécénat, les investissements privés sont loin d’être une réalité. 

Le piratage à la télé, sur le net ou dans des salles de fortune constitue une grande menace pour ce qui reste de la production de films haïtiens, a fait remarquer Arnold Antonin. L’engouement qu’il y avait au début des années 2000 pour les films haïtiens a depuis disparu. D’aucuns peuvent constater la baisse considérable de la production de films, même dans la communauté haïtienne des Etats-Unis où il y avait eu une certaine effervescence. Les séries et les feuilletons semblent tout éclipser. 

Au vu de tout cela, Gaël Jean Baptiste et Keziah Jean plaident pour la création d’écoles de cinéma dans le pays. Ce que ne rejettent pas tout à fait Arnold Antonin et Marc Exavier même quand ils sont enclins à croire que l’on peut devenir cinéaste avec passion, une grande culture du cinéma sans passer obligatoirement par une école. Ils en veulent pour preuve des grands noms du cinéma qui n’ont jamais fait aucune école de leur vie.  

La création d’un fonds d’aide à la création cinématographique semble un rêve  lorsque le secteur culture représente moins de 1% dans le budget de la République. Les cinéastes sont condamnés à se débrouiller pour se trouver des fonds. A bien regarder, le développement du cinéma ou l’existence d’un cinéma haïtien ne sont pas pour demain. Et l’on continue de rêver à la réouverture des salles de cinéma, véritable lieu de rencontres et de socialisation.   



Audionow:
Etats Unis: 641.552.5200 T-Mobile/MetroPCS: 360.398.4333 Canada: 438.795.4395 514.900.6012 Bresil 021 40 42 11 31 France: 01.90.14.14.75 Republique Dominicaine 849.936.7140 Mexique 08.99.27.46.700
Studio: 718) 355-9853 / (718) 303-2551 / (509) 2813-9450 / (509) 2813-9452 / (509) 2813-9456 Adresse: 45, Rue Chavannes Port au Prince, Haiti
Email: radiocaraibesfm<at>yahoo.fr
Tél: (509)4300-4300 / 3701-4300
WhatsApp: (509) 3701-4300

-->
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
0